Pauline Marol (Playplay & LPC) : « Non, ça c’est la solution. Mais quel est le problème ? »

Dans l’Interview Flash, on découvre une personnalité de l’écosystème sous un angle décalé avec des questions parfois sérieuses parfois… plus WTF.

Aujourd’hui, c’est Pauline Marol, la VP Product de PlayPlay (outil pour créer rapidement des vidéos pros) et co-organisatrice de La Product Conf, qui s’y colle. Avec de telles initiales, elle était destinée à une carrière dans le produit.

Le jour où tu t’es dit que tu voulais bosser dans le produit…

Pauline Marol : Lorsque j’ai fait mon stage de 3ème dans un labo pharmaceutique ! Je suis restée fascinée pendant une semaine par toute la chaîne de fabrication, de la pesée des poudres à la boîte de comprimés. Je me suis dit que je voulais créer des produits du quotidien !

À l’époque, le numérique se résumait au Minitel (👵🏼) donc je visais plutôt un poste de chef de produit dans l’industrie. Et puis il s’est développé pendant que je passais le bac et que je faisais mes études d’ingénieure. Et finalement, mon premier job était un poste de Product Manager pour un produit tech ! 

La phrase que tu dis le plus souvent en tant que PM (ou VP désormais) :

P.M. : “Non ! Ça c’est la solution. Mais quel est le problème ?”

Ton fail le plus mémorable…

P.M. : Dans mon premier job, j’ai mis en place un système de referral (=parrainage). On pensait que ça serait magique et que pour gagner 10$ nos clients allaient s’empresser de partager leur lien personnalisé à tout leur carnet d’adresse ! Personne n’a utilisé ce truc – comme beaucoup de programmes de referral je pense. 

Les viennoiseries pour les cérémonies SCRUM, c’est…

P.M. : So 2019 ! À l’époque lointaine où l’on pouvait faire nos cérémonies tous ensemble dans la même pièce et partager des chouquettes ! 

Ta pire excuse pour sécher une rétro…

P.M. : Haha ! J’en ai utilisé vraiment beaucoup pour sécher des rétros ! Le “J’ai un call utilisateur” marche pas mal 😉 

L’App gratuite pour laquelle tu paierais…

P.M. : Pocket, pour sauvegarder 3 ans de lecture d’articles sur le produit, le business, le management et plein d’autres sujets pro ou perso. 

Berkeley (où tu as étudié), c’est…

P.M. : Une super ville et un campus vraiment magnifique. Mais c’est aussi gigantesque et très impersonnel. Par contre le ciel est bleu toute l’année, ça m’a changée de mon campus dans le 77 ! 

Orléans, San Francisco ou Paris ?

P.M. : Je crois que je n’ai pas encore trouvé ma ville. San Francisco (où elle a vécu de 2012 à 2016), c’était un coup de cœur mais trop loin de la France. À Paris, je manque de verdure. 

Ce qui t’a fait revenir en France après 4 ans dans la Silicon Valley ?

P.M. : Je commençais à fatiguer de l’ambiance 100% tech de San Francisco. Il y a aussi beaucoup trop d’argent dans cette ville et très peu de diversité. Et puis, j’avais besoin de pouvoir manger un bon plateau de fromages avec ma famille sans avoir à faire 12h d’avion. 

Si je te dis rando et Mongolie, tu penses à…

P.M. : De très grands espaces dans le Kharkhiraa, une digital detox comme tu n’imagines pas, des rencontres avec des nomades qui vivent dans une tradition coupée de toute modernité.

Et puis aussi, quelques coups de soleil, des douches dans les rivières à 5 degrés et du mouton bouilli à tous les repas pendant 10 jours ! 

Ton truc pour vendre un congé sabbatique de 4 mois à sa boss?

P.M. : Bon, là, j’ai un peu honte, j’ai utilisé l’argument le plus anti-féministe de la Terre. Je lui ai dit que 4 mois c’était la durée d’un congé maternité et que mon projet à moi, c’était un voyage et pas un bébé !

Mais zéro regret : 4 mois de soleil entre l’Argentine, le Chili, l’Australie et la Thaïlande pendant l’hiver 2017, ça valait le coup ! 

Si l’on ne devait réécouter qu’une conf LPC (=La Product Conf)…

P.M. : C’est difficile il y en a tellement des géniales ! Je peux me limiter à une par an (pour les 3 éditions auxquelles j’ai participé) !

Pour finir… AARRR ou RRRrrr! ?

P.M. : AARRR (même si à chaque fois je dois le googler pour me souvenir de toutes les lettres !)

OKR ou OKLM ?

P.M. : Ni l’un ni l’autre. 

AB Test ou Abbey Road ?

P.M. : Abbey Road ! Sans hésitation. Attention, l’AB testing ça peut devenir addictif et rendre aveugle – à consommer avec modération. (Et c’est la Optimization Champion of the year 2015 qui le dit…)  

Playmobil ou Playstation (ou juste Playplay) ?

P.M. : Juste PlayPlay ❤️

2 Points


2 thoughts on “Pauline Marol (Playplay & LPC) : « Non, ça c’est la solution. Mais quel est le problème ? »”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *