Le résumé de Creativity, Inc. – Les secrets de l’inspiration, par le fondateur de Pixar (Ed Catmull)

La Product Manager Madeline Plard vient de lire Creativity, Inc. du co-fondateur de PIXAR Ed Catmull. Elle partage pour la communauté du Ticket sa fiche de lecture et quelques anecdotes sur le célèbre studio d’animation hollywoodien.

💡 Découvrez toutes les fiches de lecture du Ticket ici 💡 

L’auteur: Edwin Catmull, le fondateur de Pixar

Dans les années 1950, Ed Catmull était un enfant qui regardait les courts-métrages Disney devant sa télévision. Il s’était promis de travailler pour Disney.

En 2006, il devient président de Walt Disney Animation Studios. Ce n’est pas tout le monde qui peut se vanter de réaliser son rêve de gosse 🙃

Entre temps, cet informaticien de génie a travaillé chez Lucas Film (le genre de ligne sympa sur un CV) mais surtout, il a fondé le studio d’animation Pixar, avec Steve Jobs et John Lasseter (ça aussi ça claque).

En 2001, il a reçu un oscar pour les avancements significatifs au champ du film cinématographique.

Le livre : Les 5 commandements de Creativity

1. Encourage une culture de l’échec

C’est le fil rouge du livre et Edwin Catmull saura convaincre les plus réticents :

Dans un culture basée sur la peur et l’aversion de l’échec, les gens éviteront – consciemment ou non – le risque. Ils chercheront plutôt à répéter quelque chose de sûr, qui a fonctionné dans le passé. Leur travail sera peu original et pas innovant.

Alors que si l’on accepte l’échec dans le processus d’innovation, s’il fait partie intégrante de la Recherche & Développement, si on considère l’erreur comme un pas de plus vers la meilleure option… on libère la créativité !

C’est une notion qui est d’ailleurs très bien acceptée dans la recherche scientifique. Avant de trouver le vaccin pour la Covid par exemple, il y a eu de nombreux échecs. Qui ont permis d’éliminer des options et de se rapprocher de la solution. Ce n’est jamais du temps perdu.

Parfois même, en explorant une piste, on découvre une autre chose inattendue. C’est ce qu’on appelle la sérendipité.

2. Va chercher l’inspiration dehors

Deux semaines à Paris à discuter avec des chefs étoilés, à goûter la gastronomie française, à s’imprégner de l’ambiance de plusieurs restaurants… C’est plutôt un programme sympa. Et c’est ce qu’a fait l’équipe du film Ratatouille.

Avant d’attaquer Là-haut, l’équipe est allée en voyage d’étude au Vénézuela pour observer les oiseaux multicolores qu’elle a mis plus tard en animation.

Le but : chercher l’inspiration, faire tomber des idées reçues, faire un film crédible, réaliste, qui fera la différence par son authenticité.

La démarche pour construire son produit doit s’en inspirer : ne pas avoir d’idées préconçues, parler aux utilisateurs, regarder ce qui se passe quand ils utilisent le produit.

3. Ne te noie pas dans un océan de détails

Dans *Monstres & Cie*, il y une scène dans laquelle Bouh, la petite fille, jette une pile de CDs par terre. Le plan dure 1 seconde. Ed Catmull raconte que les animateurs avaient passé plusieurs semaines à dessiné chaque pochette d’album et à étudier comment l’ombre et la lumière doivent se comporter quand un CD tombe d’une certaine façon… Avant qu’on leur dise STOP ! Le souci du détail, OUI, se noyer dans des détails qui n’apportent pas de valeur, NON.

Autre anecdote : dans la série Disney + Inside Pixar (voir les bonus en fin d’article), il y a épisode sur les « traductions » des panneaux indicateurs, journaux, enseignes… dans les films. Pour éviter de faire autant de versions que de langues de leurs pays de diffusion, ils ont décidé d’utiliser des pictogrammes. Ex : un tente, plutôt que de traduire « Camping ».

En effet, si on remonte au besoin initial : l’objectif en soi n’est pas de traduire (ça, ce serait une solution) mais que le message soit compris, peu importe sa langue maternelle. Leur solution adoptée a plus d’impact (c’est compréhensible même si on ne sait pas lire) et est beaucoup moins coûteuse.

4. Ne cède pas à l’escalade de l’engagement

Toy Story 2 a subi plusieurs rebondissements. Notamment un changement de réalisateurs, un an avant sa sortie en salle. Pourquoi ? Le film n’allait pas être « génial » (l’obsession Pixar) et ne serait qu’une pale suite. Inconcevable.

Pourtant, beaucoup se seraient enfoncés dans un mauvais choix, pour justifier tout ce qui avait été fait et investi (un an de travail, rien que ça) jusque là. Et ne pas avoir à reconnaître qu’une erreur avait été commise. On appelle ça « l’escalade de l’engagement ».

Ed Catmull, John Lasseter & co, eux, ont décidé de ne pas foncer dans le mur. Il n’est jamais trop tard pour prendre la bonne décision.

5. Torture ton idée pour qu’elle devienne géniale

« Au début, tous nos films sont nuls. […] Imaginez à quel point un film sur des rats faisant à manger serait rebutant, ou à quel point cela a dû paraître risqué de commencer WALL-E par 39 minutes de film muet. Nous osons tenter ces histoires, mais nous ne réussissons pas du premier coup.« 

Pour que les films deviennent géniaux, Pixar a inventé le Braintrust, un genre de comité des sages composés des réalisateurs et scénaristes historiques de Pixar. Pendant les réunions du Braintrust (une fois tous les 2/3 mois), chaque idée est décortiquée.

« Les individus prenant en charge des projets créatifs complexes finissent par s’égarer à un moment ou un autre du processus, » explique Ed Catmull.

Tout le monde parle librement et franchement, sans prendre de gants. Le but commun ? Faire un film excellent, pas de faire plaisir ou de manager l’ego du réalisateur ou de la réalisatrice. Ce sont les idées qui sont critiquées, pas les personnes.

Mon avis personnel : une inspiration 5 étoiles

Pour les fans du studio Pixar, le bouquin est truffé d’anecdotes sur la création des films, ça donne vraiment envie de se les refaire tous, avec un regard différent (c’est ce que j’ai fait).

Mais amateur ou non du studio d’animation, vous serez forcément inspiré par la quête d’Ed Catmull du management qui libère la créativité, qui donne envie de s’investir et qui donne du sens à son travail.

Ed Catmull a fait de Pixar un laboratoire à idées innovantes, même si quelques chantiers qu’il a lancés paraissent parfois peu compatibles avec notre modèle français, beaucoup moins libéral que le modèle américain.

Il a compilé toute cette rétrospective de son riche travail chez Pixar/Disney dans Creativity, un livre que je recommanderai à chaque personne avec qui je discuterai désormais, quelle que soit son métier.

Pour aller plus loin

Pour rester dans l’ambiance Pixar : la série Inside Pixar sur Disney +. Des épisodes de 10 minutes qui font un focus sur des personnes qui travaillent chez Pixar : un réalisateur, la patissière, une costumière… C’est génial.

Le livre : Infos pratiques

Titre : Creativity, Inc.: Les secrets de l’inspiration par le fondateur de PIXAR

Auteure : Ed Catmull

Langue : Français

Date de sortie : Juin 2020

Volume : 400 pages

Livre creativity Inc.

A propos de Madeline Plard

Madeline Plard

Salut, je suis Madeline, j’ai 30 ans et je vis à Tours. J’ai barboté entre le journalisme, la Slovaquie, le développement informatique, pour trouver THE truc qui me botte : le Product management. Enfin, je suis en apprentissage pour le moment, on ne s’emballe pas. J’ai fait une petite vidéo pour un concours d’alternants justement, je raconte en 2m47 ce que je fais et qui je suis 😀


Comment ?! Vous n’êtes pas encore abonné(e) au Ticket ?

Corrigeons tout de suite cela 👇

1 Points


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *