Frédéric Bardolle : « Mes 3 premiers mois en tant que 1er PM… accompagné de mes 5 maîtres Jedi ! »

Le responsable produit de la startup Cosmian, Frédéric Bardolle, raconte dans cet article témoignage le stress du 1er PM… et les aides qu’il a reçu indirectement des sommités de la tech.

1er juin 2021. Je commence mon nouveau poste chez Cosmian, une startup dont la mission est de rendre la cryptographie accessible à tous les développeurs. Je sors d’un poste de CPO où j’ai géré une dizaine d’équipes produit pendant 3 ans.

Au départ, je cherchais un autre poste de CPO, dans une startup. Sauf que j’avais travaillé dans un endroit inhabituel (le ministère des Armées). Je finissais donc toujours par me faire recaler à la fin des processus de recrutement : « Vous avez un super profil, mais on préfère prendre quelqu’un qui était déjà dans une startup… ». Tant pis pour eux ! Je suis donc repassé product manager « contributeur individuel » comme on dit outre-Atlantique.

Changer de rôle est toujours stressant. En tant que CPO, j’étais à l’aise sur ce que je devais faire, surtout après 3 ans. En tant que 1er product manager (PM) d’une startup de 15 personnes, j’étais beaucoup moins confiant. Voire carrément paniqué ! Par où commencer ? Comment prendre des décisions alors que je connaissais à peine le secteur ?

Heureusement, je n’étais pas seul. J’ai décidé de reprendre les bases. De m’inspirer de sensei du produit : Deb Liu, Marty Cagan, Shreyas Doshi, Gibson Biddle, Paul Graham… Je lisais et relisais leurs articles, en les imaginant en vieux maîtres Jedi, venus me conseiller. Voici ce qu’ils me disaient :

Deb Liu : il te faut un plan

Make the First 90 Days Count”. C’est le titre de mon article préféré de la newsletter de Deb Liu (Perspectives). Dans ce dernier, l’ancienne VP App commerce de Facebook raconte le plan qu’elle a mis en place en prenant son poste de CEO d’Ancestry, après 11 ans au produit au sein de la firme de Menlo Park. L’idée est simple : en arrivant, elle a créé un document qui récapitulait ce qu’elle comptait faire pendant ses 3 premiers mois, avec des livrables associés.

J’ai copié le modèle et j’ai présenté ma version à ma CEO durant ma première semaine. Cet outil m’a aidé à être directement aligné avec elle. Je savais ce que j’allais faire. Je savais quand j’allais faire. Bonus : dans ma version, j’ai rajouté une mention des objectifs (outcome) en plus des livrables (output). Jeff Paton aurait été fier de moi !

Marty Cagan : connais ton environnement

Lorsque l’on change de secteur, on prend soudainement conscience de l’existence d’un pan entier du monde qu’on ne connaissait pas. Et que l’on doit désormais comprendre. Mais par où commencer ? Marty Cagan, dans son livre “Inspired”, affirme qu’un PM doit avoir une connaissance approfondie 1) des clients 2) des données 3) du business 4) du marché.

La majeure partie de mon plan à 90 jours a donc été consacrée à cela. J’ai fait de la recherche utilisateur (merci Cousto) pour valider certaines hypothèses. J’ai étudié la compétition pour comprendre le marché et les opportunités existantes. J’ai écrit des articles de vulgarisation pour comprendre la technologie derrière nos produits. Grâce à cela, j’ai découvert l’étendue de ce qui me reste à découvrir.

Shreyas Doshi : ton produit n’intéresse personne

Comprendre son environnement, c’est bien. Voir la réalité en face, c’est mieux. Un fil Twitter de Shreyas Doshi (ancien de Stripe, Twitter et Google) m’a particulièrement marqué :

On peut le traduire ainsi :

« Une hypothèse nulle sensée pour les produits B2B est que le client n’a pas vraiment besoin de votre produit, ne paiera pas pour l’utiliser, ne déploiera pas et ne l’utilisera pas. »

Pas rassurant, mais vrai ! Le travail du PM consiste à essayer d’invalider cette hypothèse. Comment créer un produit dont les clients ont vraiment besoin et qu’ils vont utiliser ? Pour cela, je me suis incrusté à pas mal de réunions commerciales. Pour comprendre. Pour écouter. Pour faire évoluer la vision produit.

Gibson Biddle : ta roadmap sert à diffuser la vision

Une vision n’est utile que si elle est partagée. Encore une tâche dévolue au PM : aligner tout le monde sur la vision. La newsletter de Gisbon Biddle (Ask Gib), ancien VP produit de Netflix, est une vraie mine d’or sur le sujet. Lisez par exemple cette édition sur les roadmaps : “Project-based vs outcome-based roadmaps”.

Pour Gib « les roadmaps sont un outil de story-telling ». Elles expliquent comment les différentes pièces du produit s’assemblent. Elles donnent à imaginer comment le produit pourrait évoluer. La seule chose à ne pas faire : transformer la roadmap en une liste de fonctionnalités à développer, figée dans le marbre et définie pour les prochaines années. Oui, ça existe.

Paul Graham : ne crains pas la concurrence

Parfois, alors que notre stratégie est claire et que la vision est partagée, on s’aperçoit qu’il existe déjà une startup qui fait déjà exactement ce qu’on avait imaginé. Ça m’est arrivé plusieurs fois. Le sentiment provoqué par cette réalisation est vraiment désagréable. Comme quelque chose qui s’effondre. Et si on arrivait trop tard ?

Heureusement, Paul Graham, le cofondateur de Y Combinator, me rassurait à chaque fois à travers son article “How to Get Startup Ideas”. Paul nous rappelle qu’il est très rare que les startups échouent à cause de la concurrence. Après tout, quand Google a débuté, il y avait déjà des moteurs de recherche, et des gros. La seule chose à faire lorsque cette crainte apparaît, c’est se concentrer sur ce qui importe vraiment : nos utilisateurs. Et respirer. Ça fait toujours du bien de respirer.

1er décembre 2021. Aujourd’hui, cela fait 6 mois que je suis chez Cosmian. J’ai toujours des moments de doutes. Je crois qu’on en a tous. Mais je me rappelle que nous ne sommes pas seuls. Beaucoup d’autres sont passés par les mêmes étapes que nous.

Une des forces de celles et ceux qui font du produit, c’est qu’ils savent s’exprimer, synthétiser, s’analyser. Il est donc facile de trouver des articles, des podcasts, des livres ou des vidéos de qualité. À nous demain de rendre la pareille, et de partager ce que l’on a appris sur le chemin, afin que chacun en profite à son tour.


A propos de Frédéric Bardolle :

Frédéric Bardolle est responsable du produit chez Cosmian, une startup qui permet aux entreprises d’utiliser leurs données sensibles, grâce à la cryptographie.

Avant cela, il était CPO au ministère des Armées, pour diffuser la philosophie produit dans un des environnements les moins agiles du monde.

Il a également cofondé l’association Data for Good en 2016 et écrit régulièrement sur f14e.fr et Twitter (@seiteta).

Nous n’avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Petite coupure pub. Juste pour te dire que si tu t’inscris ci-dessous, tu recevras directement ce type d’article dans ta boîte mail lors de sa publication. Pratique.👇

1 Points